Christine Comeau

Nous resterons muets

Tu caches cette longitude de ta vie
Derrière les rideaux
De ton ciel obscur
Pour conserver ton cœur
Dans le blanc liquide du temps
Tu prends cette lumière
Entre tes deux mains
Bleues comme l’inconstant
Nous resterons muets
Ton volcanique cerveau fond
Sous tes nuits d’ivresse
La pendule de ton cœur bat
Contre tes jeunes artères

Vision panoramique
Image périphérique
Paradoxal rêve de toi
Utopiques pulsions
Qui tournent autour de moi
Disgracieusement

Au crépuscule de ma jeunesse
J’aperçois  l’ombre
De mon amour envolé

Resteras-tu muet ?

Leave a Reply