Christine Comeau

Resterons-nous muets ?

Tu es encore ivre de trop d’alcool à fiction
C’est une mauvaise chimie
Chimérique chimie
Amer imaginaire
Que reste-t-il de nous ?

Resterons-nous muets ?

Nous resterons muets
Et tu t’endormiras encore
Sur ta petite destinée de chat
Apeuré par des visions périphériques
De ce monde plastique
Ce monde que tu tente de recréer
Ce monde transparent
De bouteilles vides
Qui projette des vapeurs
Sur tes rêves de voyageur

Tu te retiens
Devant la tentation
Et tu te rendors encore

Tu te terres
Dans la monotonie et la chaleur de l’instant

Tu te tais
Tu restes muet

Devant la singulière étrangeté
Des êtres

Tu n’as pourtant ni idole ni maître

Rien ne t’apparaît plus insupportable
Que de te savoir vivant
Sans désir apparent

Tes soupirs d’insomnie
Engendre l’oubli
Comme tes petites saouleries

Et tu restes là
À compter les jours
Avant le printemps

À te reverser
Quelques flacons
D’alcool à fiction

Leave a Reply